• identi10

    identi10

  • Qui je suis !
    -------------------------------------------
  • " L'équilibre doit absolument imprégner le Monde , tant au niveau individuel que collectif , pour que l'harmonie et la paix puissent s'installer . " - Eric G -

    ---------------------------------------------

    ---------------------------------------------
  • hobbies

    ----------------------------------------

  • Sondage

    Merci de donner votre avis ! Ce blog vous semble :

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Méta

  • Votre attention svp !

    Certaines marques , images et vidéos qui sont présentes sur ce site appartiennent à leurs auteurs respectifs . Si vous notez des infractions sur mon blog , je m'en excuse . Merci de m'avertir pour que je puisse régulariser . Pour ce qui est de mon travail (textes , photos , croquis ...) , ils sont libres de droit . Eric G ------------------------------------------

    Cliquez ici

* Observer , écouter … Persévérer !

Posté par Eric G le 20 janvier 2012

* Observer , écouter ... Persévérer ! dans Planeur

Observer , écouter … Persévérer !

nuage001 dans Planeur

Rappel sur la naissance d’une ascendance à partir du sol

Le vent aidant , un trop plein d’air réchauffé au contact du sol s’élève .Plus la différence de température avec l’air ambiant sera importante , plus l’ascendance s’élèvera  plus vite .

En hauteur , elle se regroupera avec d’autres masses d’air pour fabriquer une colonne régulière pouvant être courbée . A force d’accumulation , la condensation de la vapeur d’eau donnera un cumulus .
L’ascension de l’ascendance se poursuivra jusqu’à ce que les écarts de température entre l’air ambiant et l’ascendance seront nuls : ce sera alors l’inversion .
Fin de l’ascendance .

Tout pilote doit savoir observer et rester à l’écoute

Il est primordiale qu’un pilote ait des compétences en matière de localisation des ascendances . Il doit être un bon observateur et à l’écoute de son environnement . Lancer son modèle dans la zone la plus propice pour tenir le plus longtemps possible est l’objectif à atteindre .

Le premier indicateur

Outre la manche à air ou tout autre objet flottant dans le secteur d’évolution , le fil d’antenne du récepteur sera un premier outil d’évaluation .
L’observation de ses oscillations sera un indicateur de zone de masse d’air !

 Les autres indicateurs pour localiser l’air chaud 

Il faudra savoir identifier :

  • la direction du vent
  • la force du vent
  • la bonne orientation du terrain
  • tout ce qui est générateur d’agitation de la masse d’air ( arbres , buissons , maisons , reliefs en tous genres , variations de la nature du sol … etc )
  • mettre au profit les sens de son corps ( chaud , froid , pression … )
  • observer tout ce qui vole (  oiseaux , autre planeur , avion  … )
  • observer le ciel ( la forme et la texture des cumulus donnent souvent une indication d’instabilité , ainsi que la puissance du rayonnement du soleil pour le transfert d’énergie … )
  • la pression atmosphérique ( instabilité de l’air si elle est basse )
  • l’humidité  (instabilité de l’air si c’est moins humide )
  • évaluer la température de la masse d’air ainsi que son évolution
  • bien se répartir les zones d’observations
  • se fixer un plan de vol

Enfin pour conclure , il faut lancer , lancer et encore lancer …
Rien ne remplace l’expérience .

Bon courage .

Publié dans Planeur | Pas de Commentaire »

* Le vol de pente

Posté par Eric G le 3 juin 2011

* Le vol de pente dans Planeur

 

Le vol de pente


slope-gliders dans Planeur

L’ascendance de pente
L’ascendance de pente est une composante qui apparaît au moment où le vent vient heurter une surface assez large (colline , montagne …) pour qu’il ne puisse pas la contourner .
La masse d’air qui se déplace en générale horizontalement , rencontre cette variation de niveau de la terre et doit alors s’élever pour pouvoir continuer son avancée .
On utilise l’ascendance créée par la composante verticale du vent au moment où il remonte cette dénivellation .

Caractéristiques des ascendances de pente
- deux composantes sont essentielles : le vent et la dénivellation .
- le relief doit être suffisamment étendus afin d’éviter d’être contournés par le vent
- le vent doit « attaquer » ce relief selon un certain angle
- la topographie du dénivelé qui canalise le vent doit être efficace
- une dénivellation minimum (20-30 mètres) est nécessaire
- une légère brise sera appréciée pour un vol calme
- un vent fort (40-50 km/h) sera idéale pour la voltige

La zone de turbulences
Lorsque le vent percute un versant , il se forme une série de zones qui ne sont pas toutes idéales au vol . La couche d’air qui est proche de la surface du sol de la pente créée une zone de turbulences instable .
La meilleure zone pour le vol est donc celle qui se trouve juste au-dessus de cette zone de turbulences (à peu près 10-20 m ) .
Plus le dénivelé sera important , plus l’espace disponible au vol sera également important .

Puissance d’une ascendance
La puissance d’une ascendance de pente est proportionnelle à la vitesse du vent et à l’inclinaison de la pente . On va dire en gros , pour une inclinaison moyenne de 30-40° et une vitesse de vent de 30 km/h , on aura une ascendance de 4-5 m/seconde , ce qui est suffisant pour voler .

Le planeur de pente
On peut dire que toutes les catégories de planeurs conviennent au vol de pente .
Cependant , certaines caractéristiques sont à privilégier :
- si possible , le modèle doit avoir une grande autonomie
- le planeur de pente est généralement construit lourd
- la charge alaire est plus importante ( une fois et demie supérieure à leur homologue thermique )
- le modèle est moins grand
- le profil doit être calculé pour un vol rapide ( faible résistance aérodynamique ) . On privilégiera donc le plan semi-symétriques . Le plan symétrique est souvent utilisé pour l’acrobatie  .
- le modèle doit avoir des qualités de robustesse
- il sera équipé d’ailerons ( contrairement au planeur thermique )
- parfois , des aérofreins sont indispensables pour l’atterrissage

Bon vol ,


emoticone

Publié dans Planeur | Pas de Commentaire »

* Méthodes de lancement d’un planeur

Posté par Eric G le 3 juin 2011

* Méthodes de lancement d'un planeur dans Planeur

 

Lancement d’un planeur

Plusieurs méthodes sont utilisées

  • le lancé main

C’est la façon la plus simple de lancer un modèle dans les airs . Il suffit de le jeter horizontalement en lui donnant la vitesse suffisante . Combinée à une ascendance , le planeur gagne facilement l’altitude .

Image de prévisualisation YouTube

 

 

  • le lancé circulaire

C’est une méthode de lancement spécifique à un type de planeur : le DLG (  » Discus Launch Glider  » soit planeur à lancement circulaire ) .
Pour lancer le modèle , le pilote tient le modèle par le bout d’une aile ( par le saumon ) , fait une rotation de 360° autour de son corps , puis lâche le modèle en lui fournissant la vitesse de rotation . Plus on donne de l’efficacité dans la rotation , plus  le modèle sera propulsé en altitude .
Cette technique permet d’atteindre des hauteurs prodigieuses de 30 , 40 ou même 50 mètres .

http://www.dailymotion.com/video/xan6b1

 

 

  • le lancé par câble

Le pilote se fait assister par une deuxième personne qui cour le long de la piste , tirant une longue corde attachée à l’extrémité du planeur . Le pilote lui oriente son modèle .

 

  • le lancé motorisé ( Remorquage)

Ici , on utilise un puissant avion radio-commandé pour remorquer le planeur dans l’air à l’aide d’un câble largable ou enroulable . Cette méthode exige des qualités de pilotage de la part de celui qui pilote le remorqueur .

Image de prévisualisation YouTube

 

 

  • le lancé par Treuil ( vol grandeur )

Relié à un treuil par un câble , le planeur accélère , ensuite décolle  selon une pente de montée ( 50-55 degrés ) . Arrivé à la verticale du treuil , le câble est décroché du planeur .

Image de prévisualisation YouTube

 

 

  • le lancé élastique ( Catapultage )

C’est une variante du lancement par câble .
La personne qui cour est remplacée par un élastique Sandow fixé au sol .

Image de prévisualisation YouTube

 

 

  • le lancé par rampe Sandow

Le planeur est glissé sur une rampe de lancement et raccordé aux deux élastiques latéraux munis de taquets .

Image de prévisualisation YouTube

Historique en grandeur de cette méthode
http://www.dedale-planeur.org/recits/Decollage_planeurs_sandow.pdf

 

 

  • le lancé motorisé ( Autonome )

Le modèle est équipé soit par un moteur électrique soit par un moteur thermique qui sera coupé en altitude . L’hélice est rétractable afin de garantir une parfaite aérodynamique .

Image de prévisualisation YouTube

 

 

  • le lancé par voiture ( Vol grandeur )

C’est une méthode assez rare qui consiste à faire décoller le modèle tracté par voiture .
La piste de décollage doit être assez longue pour permettre au véhicule de parcourir une grande distance .

Image de prévisualisation YouTube

 

Bon vol !

emoticone

 

 

Publié dans Planeur | 4 Commentaires »

* Les ascendances

Posté par Eric G le 3 juin 2011

* Les ascendances dans Planeur

Les ascendances

Le vol à voile radio-commandé est une discipline dont la pratique consiste à exploiter les courants aériens ascendants ou « ascendances » avec un planeur modèle réduit afin de rester en vol le plus longtemps possibles .
Outre d’avoir les connaissances techniques nécessaires afférents à la pratique de l’aéromodélisme , le pilote doit également avoir quelques connaissances de la structure atmosphérique en utilisant l’instabilité thermique , les soulèvements orographiques et les ondes de reliefs .
Sans entrer dans les détails scientifiques , voici très simplifié ce qu’il est bon de savoir .

On distingue trois sortes d’ascendances :

  • * les ascendances thermiques


220px-Thermal_column.svg dans Planeur


1 – air chaud qui s’élève
2 – refroidissement par condensation
A – expansion de l’air
3 – re-descente
L’élévation de la masse d’air humide est entraînée par un réchauffement à la base . Sur un sol chaud , l’air devient instable et léger . Des mouvements de convection se produisent , portant la masse d’air en altitude , où elle se refroidit et entraîne la condensation de la vapeur d’eau qu’elle contient .

 

  • * les ascendances orographiques (ou dynamiques )


220px-Pente_thermique.svg

Une masse d’air humide aborde un relief et s’élève pour le franchir . Elle se refroidit . A ce moment , l’air ne peut plus contenir la même quantité de vapeur d’eau et celle-ci se condense .

 

Image de prévisualisation YouTube

  • * les ascendances frontales


frontal

(Source : www.toujourspret.com)
Une masse d’air froide entre en contact avec une masse d’air chaude . Cette dernière étant plus légère , elle glisse au dessus de la couche d’air froide et est portée en altitude 

Comment trouver les ascendances  ?

– Plus l’air est instable , plus elle présente les conditions les plus favorables au développement de l’ascendance .

- Les vents locaux , en particulier les brises de mer sur la côte qui résultent du fait que l’air est plus chauffé par la terre que par la mer , provoque une montée de l’air chaud terrestre et un appel de l’air marin . Ils servent souvent de base aux ascendances .

- La chaleur du soleil provoque des courants ascendants par convection . Ces courants n’apparaissent qu’après plusieurs heures d’action du soleil , donc un peu avant midi , et s’amenuisent deux ou trois heures avant le coucher du soleil .

- Les cumulus sont des indicateur d’ascendances .

- Le haut des ascendances est souvent signalé par des cumulus , mais aussi par les oiseaux qui les utilise pour économiser leur énergie . Leur rotation indique le bon sens du vent .

- Le bas des ascendances est normalement situé sur des endroits secs (champs …)

- Voler dans la direction du vent pour trouver l’ascendance . Un léger vent changeant de direction signale le passage d’une ascendance à proximité car l’ascendance pompe l’air autour d’elle .

- Le vent remontant une pente donne une composante verticale : c’est le début de l’ascendance .

- Le vent freiné par un rideau d’arbres a évidemment tendance à passer au-dessus . Le tourbillonnement provoqué peut être exploité .

- Un sol non linéaire peut aussi être exploité , car le vent est fortement freiné par le sol ou une mer sous la hauteur de 10 m .

- Certains feux pratiqués par les agriculteurs génèrent également des ascendances de courte durée , mais puissantes .

- D’autres indices signalent aussi l’existence d’une ascendance : ce sont les éléments légers ( débris végétaux , plumes , insectes … ) qui sont emportés par le courant d’air et qui peuvent monter jusqu’en haut de l’ascendance .

Cas extrême : lorsque le sol est surchauffé  , le phénomène peut se dégénérer et l’ascendance peut se traduire par une tornade …


Bon vol .

——————————– 

 La Météorologie

( Pour en s’avoir plus )

( Luxorion ) 

   http://www.astrosurf.com/luxorion/menu-meteo.htm

——————————– 

 

 

 

 

Publié dans Planeur | Pas de Commentaire »

* L’aérodynamique

Posté par Eric G le 2 juin 2011

* L'aérodynamique dans Planeur

 

Notions d’aérodynamique de base

http://www.mediafire.com/?b72fhewjk7beboe

 

 

——————————– 

 dans Planeur

 

18013

 

Toutes les notions d’aérodynamique appliquées aux planeurs modèles réduits , ce site s’adresse aussi bien aux débutants qu’aux experts .

 

 

——————————– 

 

Etude de l’équilibre du planeur

Voici un article très technique  en 2 volets sur le centrage d’un planeur  .
Merci à l’auteur . 

http://pierre.rondel.free.fr/images2/tp_centrage/index.htm

http://pierre.rondel.free.fr/images2/centrage_article/Centrage_2.htm

Remarque :

On peut quand même faire voler un planeur même si on ne maîtrise pas le langage E.T .   emoticone

Publié dans Planeur | Pas de Commentaire »

* Le remorquage

Posté par Eric G le 2 juin 2011

* Le remorquage dans Planeur

 

Le remorquage

discus-jl-061 dans Planeur

Le remorquage d’un planeur est une activité qui impose un travail d’équipe .
L’expérience des pilotes est recommandé .

Généralités :
- un remorqueur ne doit pas être sous-motorisé
- il est déconseiller de débuter un remorquage avec un planeur de début 2 axes . Ce dernier s’accommoderait mal à la vitesse de l’avion remorqueur
- lors de l’accrochage du câble , ne jamais faire attendre le remorqueur et occuper la piste trop longuement

Aspects techniques coté avion :
- prévoir une commande directe du servo au dispositif de largage
- la zone de passage de la boucle doit être bien dimensionnée pour permettre d’accrocher tout type de câble
- la position idéale du crochet se situe à proximité du foyer ( proximité du bord de fuite de l’aile )
- préférez un avion bi-gouvernes si problème d’accrochage du câble
- il est possible d’enrober la câble d’un boudin de mousse pour l’interdire de s’introduire dans les gouvernes de direction ou de profondeur

Aspects techniques coté planeur :
- il faut réaliser un orifice oblong de 10×3 mm disposé verticalement dans la zone du nez , généralement sur le coté gauche afin de facilité l’accrochage du planeur
- un crochet métallique peut être installé comme sur les planeurs réels
- le servomoteur du crochet doit être disposé à une distance inférieure à 20 cm actionnant une simple corde à piano
- le crochet de remorquage doit être fiable et actionner par un servo d’au moins 3 kg
- utilisez une gaine appropriée pour centrer la corde à piano sur l’orifice
- réglez la commande afin d’obtenir un largage aussitôt le servomoteur actionné

Aspects techniques coté câble :
- le câble ne doit pas être élastique
- sa charge de rupture doit être d’environ de 30 kg
- sa longueur idéale est de 25 m
- une boucle simple suffit coté avion
- un boucle simple dans laquelle on attachera des boucles fusibles coté planeur
- arrimez un fanion à moins de 15 cm de la boucle coté planeur pour s’assurer visuellement du largage

L’émetteur :
- affectez la commande du crochet de remorquage sur un interrupteur à deux positions

La conduite du vol
- au décollage , une aide maintiendra le planeur bien horizontal par rapport au sol
- les 2 pilotes doivent être en bordure de piste , cote à cote pour échanger des informations précises
- le pilote remorqueur avancera lentement son avion pour tendre le câble et en accord avec le pilote planeur , il fera signe d’un départ imminent
- le début de roulage du planeur doit être surveillé afin d’éviter le cheval de bois
- après une trentaine de mètres de roulage , le pilote planeur agira sur la profondeur pour décoller et maintiendra un palier à 3 m du sol en attendant que le remorqueur puisse accumuler de la vitesse pour mieux prendre ensuite de l’altitude
- attention aux effets d’optique (avion trop haut ou trop bas)
- attention aux gouvernes du planeur qui deviennent plus efficace à cause de sa survitesse
- attention à la traction du câble qui agira sur l’axe de lacet
- tout le long de la traction , le pilote du planeur surveillera son inclinaison et sa position relative
- le pilote planeur avertira le pilote remorqueur si le taux de montée lui convient
- toute tentative de changement de trajectoire doit être signaler des deux cotés
- arrivé à l’altitude prévue , le pilote planeur doit annoncer son largage

* à la première apparition d’une difficulté , ne pas hésiter à larguer
* avertir le pilote remorqueur que vous avez bien constaté le largage

Bon vol !
emoticone

Publié dans Planeur | Pas de Commentaire »

* Performance d’un planeur

Posté par Eric G le 30 mai 2011

* Performance d'un planeur dans Planeur

 

Les améliorations aérodynamiques

boite%20a%20outils%20gif dans Planeur

Le planeur est un aéronef de prime abord simple .
Cependant , sa « simplicité » n’est seulement qu’apparent . Si on veut lui donner une performance et un rendement efficace , des réglages et des optimisations sont nécessaires .

Quelles sont les améliorations aérodynamiques que l’on peut apporter ?

Plusieurs facteurs sont à prendre en considération :
-
le choix des proportions du planeur ( allongement , corde alaire , forme et section du fuselage , choix du profil de l’aile et des plans stabilisateurs …)

- le bon réglage du centre de gravité ( la perfection est exigée pour un comportement sains …)

Voir « TEST DU CG » : http://ericaeromodelisme974.unblog.fr/2011/05/30/lexique-planeur/

- la finition du modèle ( parfait ajustement des gouvernes  , parfait polissage pour obtenir de la vitesse et du rendement , tous les orifices de préférence bouchés , amélioration de l’aérodynamisme en recouvrant les rainures par du ruban adhésif …  )

- les gouvernes ( parfait ajustement , scellage pour empêcher le passage de l’air de l’intrados vers l’extrados de l’aile empêchant ainsi la  diminution de la portance et la dégradation de la réponse des ailerons …)

- le bon réglage radio ( respect des normes du fabriquant , définir des débattements spécifiques sur certains modèles , privilégier des débattements assez importants pour disposer d’une commande énergique … )

- les ailerons ( bons réglages des débattements des servos , privilégiez le déplacement supérieur de l’aileron montant à celui de l’aileron descendant … )

- le différentiel et l’accouplement dérive-ailerons ( faire les bons réglages pour obtenir un virage correct avec ailerons et profondeur ,  le nez doit aussi être toujours pointé vers le virage , utilisation du mélangeur dans les cas spécifiques … )

- les trims ( réglage le plus proche possible de la position centrale , trouver la position « vitesse » ) …

Bon réglage et bon vol .
emoticone

Publié dans Planeur | Pas de Commentaire »

* Lexique

Posté par Eric G le 30 mai 2011

* Lexique  dans Planeur

 

Le planeur

 dans Planeur

Je proposes ce petit lexique qui j’espère servira de base pédagogique à tous ceux qui se posent des questions sur la pratique du planeur .

emoticone

Qu’est ce qu’un planeur ?

- le planeur est un modèle fin et léger , dépourvu de moteur , disposant de longues ailes appelées encore « voilure »  .
Il est mis en altitude soit en étant lancé du haut d’une pente (planeur de pente) , soit en étant tracté par un avion ou un treuil électrique (planeur de plaine) . Il reste en l’air tant qu’il parvient à trouver des « ascendants ».

Il existe aussi le moto-planeur qui est une variante du planeur .
Il dispose d’un moteur thermique ou électrique qui lui permet de gagner de l’altitude en début de vol .
L’autonomie du moteur est généralement limitée et le moteur s’arrête très vite . Le moto-planeur évolue ensuite comme un planeur .

Qu’est ce que la voilure ?

- ce sont les deux ailes aussi nommées « plumes » qui assurent la portance .

Qu’est ce qu’une ascendance ?

- C’est une masse d’air chaud qui permet au planeur de gagner en altitude . Le pilote doit traquer cette masse d’air et observer les mouvements atmosphériques . Les planeurs de vol à voile sont des planeurs spécialistes des ascendances et qui ont pour objectif de parcourir le plus de kilomètres possible avant d’atterrir .

ascendances

Que doit-on faire pour trouver une ascendance ?

- observer les nuages : cumulonimbus , cumulus , lenticulaires , cirrocumulus .

- faire attention à la température : plus l’air est chaud au sol , plus on a des chances de trouver des mouvements ascendants en altitude . L’air chaud monte  .

- regarder le sol : la végétation , les champs sont des indicateurs de chauffe en journée .

- observer les oiseaux : ce sont en général de grands paresseux .  Ils voleront là où ils ne se fatigueront pas . Si vous en voyez tourner en rond , alors c’est un indice et comme pour eux il y a des chances que votre planeur en fera de même et grimpera lui aussi .

Qu’est ce que « gratter » ?

- c’est utiliser les faibles courants ascendants pour allonger au maximum le temps de vol .

Qu’est ce qu’un décrochage ?

- C’est une perte de portance soudaine et involontaire . Si on n’arrive pas à rattraper le coup , les décrochages peuvent être successifs et le planeur se retrouvera au sol .
Pour contrer ce décrochage , il faut reprendre de la vitesse en piquant légèrement et/ou procéder à des virages .

Qu’est ce que cabrer et piquer ?

- cabrer , c’est quand la queue est en bas et le nez vers le haut .
- piquer , c’est quand le nez est en bas et la queue vers le haut .
Les deux effets s’obtiennent en jouant sur l’axe de profondeur , permettant ainsi de monter ou de descendre et de « soutenir l’allure » de vol .

Qu’est ce que « soutenir l’allure » ?

- c’est contrôler le tangage du planeur dans les virages pour éviter qu’il ne « s’engage » de trop et qu’il part en vrille .

Qu’est ce que « s’engager » ?

- le planeur « s’engage » quand il penche trop d’un côté . Le problème sera qu’il y aura un risque de renversement et de piquer , de perdre le contrôle de l’engin et de descendre comme une feuille morte .

Qu’est ce que « craber » et « se vacher » ?

- craber , c’est atterrir avec le vent de travers .
- « se vacher » , c’est atterrir ailleurs que sur la piste .

Quels sont les aléas du centrage ?

- si le planeur est centré trop avant ou trop arrière , le vol peut être désastreux et l’appareil cabrera ou piquera .
Pour avoir un bon centrage , on doit répartir correctement la charge dans le fuselage .

 

TEST DU CG EN VOL

 

Est-ce dur de faire du planeur ?

- c’est une discipline qui demande du savoir faire , de la rigueur et de la pratique . Comme pour l’avion et l’hélico , chaque pilote doit avoir un planeur à son niveau .

Les catégories :

* les planeurs de début , d’une envergure autour des deux mètres .

* les lancés main qui dépassent rarement 1, 50m d’envergure .

* les planeurs intermédiaires pour pilotes confirmés , qui peuvent être maquette ou semi maquette , d’une envergure de 2,50 à 3,50m . Ils peuvent être équipés d’aérofreins ou de volets de courbures .

* les grandes plumes qui sont des maquettes d’une envergure qui dépassent les 4 mètres , voir 6 ou 7 mètres .

* les planeurs de compétition .

 

 

 

 

Quelques définitions

 

image010

 

Aile : c’est la surface portante d’un modèle RC . Elle doit générer la sustentation et maintenir l’aéronef en vol . Elle est équipée de gouvernes ( ailerons , flaps …) permettant de manœuvrer l’appareil .

Envergure : c’est la distance entre les extrémités de l’aile .

Corde : c’est la largeur entre les bords d’attaque et de fuite .

Epaisseur :  c’est la hauteur à l’épaisseur maximale ( profil ) .

Surface alaire : c’est le produit de l’envergure et de la corde de l’aile ( envergure X corde ) .

Charge alaire : c’est la relation entre la masse de l’aéronef et la surface alaire . En aéromodélisme , elle s’exprime en  grammes par décimètre carré  (grs/dm2 ) . Elle se calcule en faisant la division de la masse de l’appareil en ordre de vol divisée par la surface alaire . La charge alaire influe sur la vitesse de vol .


Allongement : c’est la division de l’envergure par la corde . En aérodynamique , les allongements élevés sont plus efficaces que les faibles allongements . En effet , lorsqu’un modèle vole , l’air s’écoulant exerce une pression supérieure au dessous de l’aile ( intrados ) et inférieur au dessus ( extrados ) . A chaque bout de l’aile ( bord marginal ) , se produit des tourbillons , diminuant ainsi la portante et augmentant la résistance aérodynamique  . La surface alaire utile est ainsi diminuée . Ainsi , pour chaque modèle et en fonction du type de vol souhaité , on devra tenir compte de l’allongement le mieux adapté . C’est ce qui explique par exemple , pourquoi les planeurs thermiques ont l’aile plus longue et plus étroite que les avions . ( sauf pour  un planeur de pente dont la spécificité est la vitesse )

Epaisseur relative : le calcul est obtenu par la corde de l’aile divisée par son épaisseur maximale . Ce facteur influe  sur la résistance aérodynamique et sur la vitesse de vol de l’aéronef .

Le dièdre : c’est l’angle formé par les deux demi-ailes entre elles dans le sens de la longueur , soit de l’envergure . Plus il est accusé et meilleure est la stabilité .

Flaps : ce sont 2 volets supplémentaires , une par demi-aile , disposés vers le centre de l’aile et étant actionné soit vers le haut ou soit vers le bas . Ceux-ci permettent de modifier le profil en vol et les phases d’approche . Avec plus de débattements , ils augmentent la résistance aérodynamique . Si on utilise les ailerons dans cette configuration , ce seront alors les flaperons . ( mixage par radio )

Ils seront cependant moins efficaces . 

emoticone

Publié dans Planeur | Pas de Commentaire »

 

vacanceschatel |
Faire de sa passion son mét... |
faites un tour dans mon jardin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Naruto ,Manga et encore Man...
| patchwork
| helicoptere luchon 2